Les enjeux de la qualité de vie au travail

En période de crise sanitaire, la Qualité de Vie au Travail (QVT) est plus que jamais au cœur du débat RH. Pourtant, le concept reste flou et sujet à de nombreuses interprétations. Qu’est-ce que la QVT ? Quels enjeux représente-t-elle pour les services RH et les entreprises ? Pourquoi associe-t-on qualité de vie au travail et productivité ? Et surtout comment s’inscrire dans une démarche QVT ?

Vous voulez tout savoir sur la qualité de vie au travail ? C’est ici que ça se passe !

Qualité de vie au travail : définition

L’Association nationale des conditions de travail (ANACT) a fondé, en 2003, la Semaine de la Qualité de Vie au Travail, dans le but de valoriser les démarches d’entreprises qui souhaitent améliorer leur façon de travailler collectivement. Elle nous propose cette définition :

« La Qualité de Vie au Travail désigne et regroupe les actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises. »

La qualité de vie au travail porte donc à la fois sur les contraintes engendrées sur les salariés par le temps consacré à l’activité professionnelle, et sur la productivité de l’entreprise elle-même. Elle regroupe plusieurs facteurs clés dont :

  • L’Engagement au travail à tous les niveaux de l’entreprise : participation et productivité générale ;
  • Les relations sociales et de travail : relations entre collègues, techniques de management, reconnaissance au travail;
  • L’organisation du travail : variété des missions, responsabilité, autonomie ;
  • L’environnement physique : situation géographique, infrastructures, ergonomie de travail, prévention des risques professionnels ;
  • Le développement professionnel : employabilité du salarié, formations, évolutions ;
  • L’égalité professionnelle : égalité des chances, non-discrimination et diversité ;
  • La conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle : équilibre et organisation du temps de travail.

Qualité de vie au travail = bien-être au travail ?

La qualité de vie au travail est généralement associée au bien-être au travail. Toutefois il est important de distinguer les deux expressions. Contrairement au bien-être au travail, la QVT s’inscrit dans le cadre d’une obligation légale pour l’employeur. Depuis 2015, c’est un thème de la négociation annuelle obligatoire entre entreprises et représentants syndicaux (loi Rebsamen relative au dialogue social et à l’emploi). Cette évolution fait suite à la signature en 2013 de l’ANI : Accord national interprofessionnel vers une politique d’amélioration de la qualité de vie au travail et de l’égalité professionnelle.

Qualité de vie au travail et productivité

Améliorer la qualité de vie au travail permet de motiver le personnel et de l’impliquer dans la réussite de l’entreprise. C’est un cercle vertueux favorable aux salariés comme aux performances de l’entreprise.

D’après une étude réalisée par Hubspot, 55% des DRH ont déjà mis en place actions pour améliorer la QVT et 85% des organisations estiment que c’est un enjeu de compétitivité

Perceptions des salariés VS répercussions sur l’entreprise

  • 53% des salariés affirment que leur travail est physiquement fatiguant
  • 36% des salariés ont des difficultés à allier vie personnelle et vie professionnelle
  • 42 % des absences sont dues à une mauvaise qualité de vie au travail et 31% des arrêts maladie ont pour cause les accidents du travail et les maladies professionnelles

(Source : Baromètre de la santé et qualité de vie au travail 2019 Malakoff Médéric / Baromètre de l’Absentéisme et de l’Engagement 2020 Ayming)

La QVT est un élément parfois négligé par les entreprises. Ces chiffres montrent pourtant qu’elle peut avoir une incidence sur la motivation des salariés et entraîner une hausse du taux d’absentéisme, des arrêts maladies, ou encore un important turnover. Les enjeux de la qualité de vie au travail sont réels :

Juridique : la QVT s’inscrit dans un cadre légal auquel doivent répondre les entreprises ;
Social : de meilleures relations entre salariés et hiérarchie permettent d’instaurer un climat de confiance au sein de l’entreprise ;
Économique : la QVT permet d’améliorer la productivité et les performances de l’entreprise ;
Humain : la QVT permet de réduire l’absentéisme, les maladies professionnelles, les burn-out et la démotivation au travail.

Comment mettre en place une démarche QVT ?

1. La perception des collaborateurs

Si vous souhaitez mettre en place une stratégie QVT, il est important d’établir un diagnostic de la qualité de vie au travail dans votre entreprise en vous adressant directement aux personnes concernées. C’est en écoutant les problèmes que chacun rencontre dans l’exercice de ses fonctions que les premiers axes d’amélioration pourront se dégager. Vous pourrez ensuite approfondir ces observations selon différents critères d’évaluation qui répondront à des questions et besoins précis :

  • Quels axes d’amélioration suggérez-vous pour vous sentir mieux au travail ?
  • De quelle façon estimez-vous pouvoir être plus productif ?
  • Quel degré de responsabilité et d’autonomie aimeriez-vous ?
  • Quelles sont, selon vous, vos perspectives d’évolution ?

Toutes ces revendications ne seront pas forcément utiles, mais c’est en dialoguant et écoutant les recommandations faites par les salariés que l’entreprise pourra créer une nouvelle dynamique et atteindre une qualité de vie au travail optimisée. Pour ce faire, il est tout à fait possible d’organiser différents types d’interactions au sein de l’entreprise : entretiens individuels, ateliers de groupe ou encore sondages numériques.

2. Les indicateurs de la qualité de vie au travail

Lorsque vous menez une réflexion sur la qualité de vie au travail, il est important de vous appuyer sur des éléments concrets :

Indicateurs de perception : sentiment de reconnaissance, fierté, motivation et engagement dans l’entreprise ;
Indicateurs de santé : taux d’absentéisme, accidents du travail, maladie professionnelle ;
Indicateurs de performance : productivité, taux de rentabilité et de rendement ;
Indicateurs de fonctionnement : organisation de l’entreprise, périmètre de travail, management, hiérarchie.

3. Leviers d’action pour améliorer la QVT

En fonction du secteur de votre entreprise, de la nature de ses activités et des besoins exprimés par vos collaborateurs, un certain nombre de démarches peuvent être amorcées afin d’améliorer les conditions de travail :

  • Favoriser le dialogue autour de la notion de QVT en impliquant tous les acteurs de l’entreprise ;
  • Mettre en place une communication efficace : pour faire remonter les retours et les pistes d’amélioration ;
  • Accompagner le management : formations, e-learning ;
  • Développer les pratiques de reconnaissance et valoriser les idées de tous les collaborateurs ;
  • Améliorer le contenu du travail : pour donner du sens au travail des collaborateurs ;
  • Favoriser le soutien social au travail : afin de prévenir stress et dégradation des conditions de travail;
  • Encourager et améliorer l’autonomie des salariés ;
  • Soigner l’intégration des nouveaux collaborateurs : pour en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à lire cet article sur les étapes clés d’un onboarding réussi.

Les bonnes initiatives QVT

De nombreux facteurs influencent la qualité de vie au travail : un bon environnement de travail, la reconnaissance des salariés, le niveau de stress ou encore l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Certaines entreprises – petites et grandes – ont pris la mesure de ces enjeux et proposent des mesures et outils afin d’améliorer le bien-être au travail de leurs collaborateurs :

  • Le CSE Google propose par exemple à ses employés un accompagnement au bureau avec des animations à thème mais également en dehors du lieu de travail via une plate-forme qui donne accès à des salles de sports, studios ou spas à des tarifs préférentiels. Pour optimiser cet accompagnement, le CSE Google a fait appel aux services d’ActivCorner qui aide les entreprises sur des sujets de qualité de vie au travail à travers le sport, le bien-être et la cohésion ;
  • L’entreprise My Little Paris a mis en place un atelier, le « MegaLab », qui se déroule dans un théâtre et pendant lequel une dizaine de salariés viennent sur scène pour présenter leur métier ou un sujet qui les passionne ;
  • OCI, PME d’ingénierie informatique, a installé une salle de sport au sein de ses locaux, afin de permettre aux salariés de pratiquer une activité sportive sans perdre de temps dans les transports ;
  • Lengow, une PME nantaise spécialisée dans le référencement pour les commerçants, a choisi de mettre en avant ses salariés sur le réseau social interne de l’entreprise, Workplace, et sur le blog de l’entreprise ;
  • L’entreprise Ferrero s’est penchée sur la conciliation de la vie professionnelle et vie de famille de ses employés, en mettant en place une garderie au sein des locaux de l’entreprise.

Vous l’aurez compris, la qualité de vie au travail est un véritable enjeu pour les entreprises afin de concilier au mieux intérêt professionnel et ressources humaines. A la clé ? Favoriser l’engagement des salariés et leur bien-être en entreprise. C’est un juste équilibre qui repose sur différents facteurs propres à chaque entreprise et surtout à chaque collaborateur.